AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les dangers du sihr sur la santé et le moral

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sadiqa



Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Les dangers du sihr sur la santé et le moral   Dim 27 Fév - 18:24

Assalamou alaikoum


Citation :
Actuellement on peut dire que le sortilège qui fait beaucoup de ravages dans les sociétés en causant toutes sortes de maladies et de problèmes. Il est vrai que la connaissance de ce monde occulte est quasi-nulle pour beaucoup de gens.

La signification du mot "sihr" dans la langue arabe est une chose dont la cause est subtile ou invisible, quelque chose qui est cachée et dont la cause est inconnue. Dans la terminologie Islamique, la signification se traduit sous différentes formes, les incantations ou les noeuds qui ont des effets sur le coeur et le corps. C'est à dire que ce sont les sorciers et les sorcières qui la pratiquent. C’est en Afrique que le rôle de la sorcellerie paraît le plus important, car il s’accompagne d’une conception suivant laquelle la souffrance est une punition infligée par des esprits : dans le cas où la souffrance est imméritée, le malade et les siens recoureront à la sorcellerie. Sur d’autres continents, on rencontre aussi des croyances à l’existence des sorciers, fondamentalement différentes toutefois des croyances africaines : on attribue bien les malheurs qu’on subit à des esprits malfaisants ou à des sorciers, mais on ne considère pas les agissements des uns ou des autres comme étant plus répréhensibles que d’attaquer physiquement un adversaire ; ainsi n’est-on guère porté à expliquer cela par la sorcellerie. En Afrique les sorciers utilisent des poupées pour jeter des sorts en leur plantant des clous. La poupée représente la personne que l'on veut atteindre. Dans la plupart des cas, les sorciers sont réputés pour être des gens tristes et peu sociables. Ils sont arrogants et hypocrites. On peut dire que de nombreuses méthodes de sorcellerie utilisées à travers le monde sont similaires. La plus répandue de toutes consiste à recueillir des morceaux d'ongles, des cheveux ou excréments de la future victime, puis à les incorporer dans des figurines en argile, en cire ou en bois ; comme les poupées du Vaudou des Antilles. En plantant des aiguilles, des couteaux ou des épines dans les diverses parties de la poupée, les praticiens de cette forme de magie noire cherchent à infliger des douleurs atroces à leurs victimes.

Une autre méthode consiste à enterrer des os ou le cadavre décomposé d'un animal près de la maison de la victime. La sorcellerie peut être définie comme un ensemble de processus inter-relationnels - dont le mode est magique et l'origine conflictuelle - entre différents acteurs. Au premier rang, se trouve le client qui demande et paie un service, opéré par le sorcier ou l'envoûteur, le deuxième acteur. Le troisième acteur, la victime, ignore généralement tout des procédés du sorcier et risque donc de faire appel à un quatrième acteur, qui est soit un charlatan, soit un raqui pour faire un désenvoûtement . S'ensuit alors un combat invisible entre les deux adversaires. A cela peut s'ajouter d'autres acteurs secondaires, comme l'entourage de la victime. Le client est à l'origine du recours au sorcier, c'est par lui que le processus est lancé. Les motifs de sa demande sont très divers, mais on retrouve généralement des jalousies, des envies, de la haine, un amour blessé, etc... En un mot, c'est une souffrance psychique qui est à l'origine du recours au sorcier. Cette souffrance masque peu ou prou un conflit avec la victime ; ce rapport conflictuel entre les deux partis demeure bien souvent chargé de non-dits, il peut même ne pas être extériorisé ou exprimé, du moins en mots. C'est la raison pour laquelle repérer la personne qui est à l'origine du malheur n'est pas chose facile pour le désenvoûteur. Le recours au sorcier est à l'image de la nature du conflit : sourd et pernicieux. C'est parce que le conflit est de cette nature que le client emploie la sorcellerie pour l'exprimer.

Pour mener à bien sa tâche, le jeteur de sorts emploie différents procédés selon ce qu'on lui a enseigné et transmis :
- des procédés naturels, voire chimiques (des poisons naturels introduits dans la nourriture),
- mais aussi des procédés surnaturels dans lesquels peuvent intervenir les forces maléfiques qu'il a mises à son service (djinns démoniaques).

Le monde magique du sorcier est régi par des lois strictes, si bien que toute son activité est amplement codifiée. Le travail sorcier s'effectue à des heures et des dates précises, chargées symboliquement (par exemple la nuit, ou pendant la pleine lune) ; aucune de ses paroles n'est fortuite car chargée de sens, même si elles demeurent incompréhensibles au profane mais comprise par les djinns démoniaques qui en sont à l'origine.

La victime, étant généralement totalement étrangère aux pratiques néfastes et occultes mais connaissant leur existence, passe par différentes phases :
- La première phase se caractérise par la constatation d'une série de malheurs (maladies, changement de caractère, problèmes familiaux) qui l'accablent, malheurs inquiétants par leur fréquence et par leur nature.
- S'ensuit une deuxième phase de recherche d'explication et d'identification de la source des problèmes. Face à cette inquiétante étrangeté la maladie organique est rapidement mis à l'écart. La victime consulte alors divers spécialistes en médecines, mais devant leur perplexité ou leur inefficacité, l'hypothèse d'actes de sorcellerie surgit dans les esprits (de la victime et de l'entourage).
- Une fois l'hypothèse d'attaque par le biais de la sorcellerie mise en avant, la victime fait appel au désenvoûteur qui peut être un charlatan ou un raqui. Elle se doit de suivre alors les prescriptions de celui-ci et de respecter les pratiques de désenvoûtement pour aborder la troisième phase, la défense. Pour que ce travail défensif puisse s'effectuer, le raqui tentera avec la victime d'identifier le genre du sortilège, sa puissance et s'il est gardé par un djinn ou non.
- Cette constation sera suivie par un traitement spécifique de la maladie et la protection du malade par des invocations pour ne pas subir une autre attaque.

Les procédures de guérison telles que les invocations , les plantes naturelles, huiles pour massage refoulent ou détruisent les atteintes biologiques et psychologiques, les envoûtements et les mauvais sorts. Dans certains cas, le malade «s'auto-guérit» suite à la venue d'une personne qui joue le rôle de guérisseur (raqui).


ibn al quaim


Assalamou alaikoum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les dangers du sihr sur la santé et le moral
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chauffage au pétrole désaromatisé...
» Votre santé, vos maladies, vos problèmes
» Fumer est dangereux pour votre santé >>>
» La musice, un danger pour la santé?
» [Follett, Ken] La nuit de tous les dangers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ~¤Islam¤~ :: ~Islam~ :: ~Médecine prophètique (Tob-An-Nabawi)~-
Sauter vers: